Chronique littéraire

Chronique littéraire: Mila Hunt par Eli Anderson

Coucou tout le monde ! Aujourd’hui je vais vous parler de ma dernière lecture – un gros coup de coeur, Mila Hunt qui a été écrit par Eli Anderson (ou Thierry Serfaty) et publié par Albin Michel Jeunesse. Vous connaissez sûrement déjà Eli Anderson pour sa série Oscar Pill qui a été une incontournable saga de mon adolescence, et qui restera toujours un classique pour moi. 
DSCN3839.JPG
 
 Mila est une jeune fille de 17 ans qui a le pouvoir de contrôler l’esprit des gens. Elle vit dans le Centre dans une famille particulière et très riche. Elle se fait alors kidnapper par les agents secrets du Centre qui lui donnent une mission, sous chantage : utiliser son pouvoir pour récupérer le contrôle de la Périphérie, dont le Centre a perdu le contrôle. Mila découvre alors la Périphérie en tant qu’espionne: un endroit dirigé par les adolescents et où la technologie est incroyablement développée. Mais Mila se plaît là-bas, et se reconnaît dans les valeurs de Démos – comme ils ont renommé la Périphérie. Sous chantage, elle sait qu’elle doit tuer et détruire cet ordre: quel sera son choix? (Non je ne vous spoile pas)
 
J’ai absolument adoré cet univers ! A commencer par l’univers, les idées politiques et sociales développées, et la morale de ce roman. Et Mila, qui est un personnage attachant, mature et entier, je l’ai adoré! Et je me suis reconnue en elle et ses idées. J’ai trouvé que tout était bien construit. Et ce que j’ai particulièrement apprécié, c’est le détachement avec Oscar Pill. Je m’attendais éventuellement à retrouver des similitudes dans le style d’écriture ou le scénario, mais ça n’avait absolument rien à voir, et c’est souvent le piège pour un auteur. J’ai donc doublement apprécié de découvrir un univers complètement différent.
DSCN3845.JPG
L’univers de Mila est construit sur deux plans : le plan physique et le plan « virtuel » on va dire. Il y a le Centre – le centre-ville du pays avec les riches – et la Périphérie, où vivent les personnes défavorisées. Mila vient du Centre et est envoyée dans la Périphérie. Mais – SPOILER – elle n’y est envoyée que virtuellement. Elle découvre alors la cité de Démos – pour démocratie. Démos est une cité très avancée au niveau de la technologie: le moyen de transport se fait par des « bulles » qui flottent et suivent une trajectoire programmée, la sécurité technologique est à la pointe du progrès, et surtout c’est grâce à cette technologie que Démos est si bien organisée. Mais Démos n’est pas régit par la technologie, plutôt par les idées, et en particulier les idées des adolescents. La culture garde alors toute son importance dans cette cité, que ce soit au niveau artistique, littéraire ou musical. J’ai trouvé cet équilibre entre modernité et culture fascinant.
 
Ensuite, l’élément que je trouve le plus important dans cet univers est le concept des Spirits. Les Spirits sont les adolescents qui ont un pouvoir psychique – comme Mila qui peut contrôler un esprit. Ils sont officiellement au nombre de 6 – ainsi que leurs jumeaux donc 12 (officiellement encore une fois). Chacun des 6 a une aptitude différente. Pouvoir sur le corps (muscles), pouvoir sur le corps (douleur) pouvoir sur la mémoire, pouvoir sur les émotions, pouvoir sur le sommeil et enfin pouvoir sur l’esprit. On y retrouve les éléments essentiels du fonctionnement d’un être humain, que ce soit au niveau physique ou psychologique. Le mystère qui plane autour des Spirits et de S. m’a intrigué dès le début, et après cette fin absolument incroyable encore plus ! C’est vraiment extrêmement bien pensé, et c’est ça qui apporte son originalité au roman.
DSCN3873.JPG
 
Mais ce que j’ai encore plus apprécié, c’est la profondeur du roman, notamment au niveau de la politique et de l’aspect social. C’est là qu’on découvre vraiment un roman complet, réaliste, et surtout plein d’enseignement. Que les adolescents et jeunes adultes soient mis à l’honneur apporte vraiment un élément sociologique incroyable. Dans la société de Démos, on reconnaît la valeur des adolescents et de leurs idées, car c’est à cette période qu’elles sont le plus riches et pertinentes. En les laissant donc diriger les familles et la cité, on découvre une dynamique vraiment particulière dans la cité, une liberté et une imagination palpables. Le message que j’y ai vu est que passer le relai à la jeunesse est une bonne chose, et dans notre société actuelle je trouve que c’est un message important. Reconnaître la valeur de la jeunesse et sa capacité d’adaptation est nécessaire pour une meilleure société – d’après moi en tout cas. Les anciennes méthodes ne fonctionnent pas, évoluons.
 
Ensuite, le fonctionnement de Démos – même virtuel – est le principe même de la démocratie : le vote et l’égalité pour tous. Le fait qu’il n’y ait aucun leader est intéressant, cela montre qu’en soit si un peuple s’appuie sur une profonde équité, la cité/le pays n’en tirera qu’un profond bénéfice. Le problème de notre société repose sur la distribution du pouvoir et de la richesse: à Démos, on en est libéré. Chacun a le droit gratuitement à ce dont il a besoin, notamment les repas, et chacun est égal aux autres. Il n’y a donc ni possibilité de prendre le pouvoir, ni possibilité de s’enrichir plus que les autres, le principe est fascinant.
54381458_305813756719816_1189770790703202304_n
En conclusion, j’ai trouvé que la morale de ce roman est double. Démos est une cité imaginaire dans le roman, et paraît donc inaccessible. Dans la réalité, quand Mila essaie de la créer, on aboutit à une incroyable vague de violence. Pourquoi ? Parce que le pouvoir entre de mauvaises mains détruit – je pense notamment à Lady A. et Vera et Blake. Les adolescent ne sont pas tous parfaits dans le roman, et c’était important de montrer que tout n’est pas noir ou blanc en ce qui concerne les générations. Mais le fait que justement Démos soit imaginaire en fait aussi un objectif à atteindre, un idéal. Que ce soit dans Mila Hunt ou dans la réalité, un tel objectif est-il possible ? Si à la place de la violence, la richesse et le pouvoir, il y avait communication, écoute et une partie de rêve et d’idéaux – oui ce serait possible.
 
Ce roman m’a beaucoup touché notamment dans le contexte actuel que nous connaissons en France et dans le monde. Les messages de Démos et pour la jeunesse m’ont émue et fait rêver. Reprendre espoir qu’une société meilleure est possible. Alors merci à Thierry de m’avoir apporté ça – et également pour sa chaleur humaine lors du Salon du Livre. Je pense que c’est logique que je mette la note de 5/5 après tout ça ! Une très forte recommendation pour ce roman, à tout âge !
 
Note: 5/5

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s