Chronique littéraire

Chronique Littéraire: Angelfall: Penryn et la fin du monde de Susan EE.

Nouvelle découverte d’un roman Young adult fantastique que j’ai beaucoup aimé, Angelfall: Penryn et la fin du monde, le premier roman de Susan EE. Un roman qui démystifie les Anges.

55807360_319795332014490_8856435710693998592_n.jpg

                                     (Je trouve la première de couverture super jolie 😍)

Alors que les Anges ont attaqué la Terre, que chacun se bat pour survivre et où les denrées alimentaires sont quasi inexistantes, Penryn voit sa petite sœur Paige être enlevé par l’un de ses monstres. Elle n’a d’autre choix que de passer un marché avec un ange à qui on a coupé les ailes. Elle va l’aider à survivre en terres ennemies, jusqu’à ce qu’il puisse rentrer chez lui et se faire recoudre les ailes, et lui la conduira au Nid, où est possiblement retenue sa soeur. Elle est prête à tout pour réussir à sa tâche. Par ailleurs, une nouvelle organisation de résistance se distingue doucement: elle n’a pas pour but de gagner la guerre contre les anges, mais plutôt de redonner espoirs aux humains. Le coup du siècle se prépare.

Au fil de leurs aventures, Penryn n’est pas au bout de ses surprises. Jamais elle n’aurait imaginé voir ce genre de choses, ni même qu’elles puissent exister. Même au Nid de ses ennemis.

Je m’attendais à ce qu’on ressente beaucoup le côté fantastique dans ce livre grâce aux anges mais pas tant que ça au final. Les anges ont une force surnaturelle et sont capables de voler. Hormis ça, il y a pas grand chose de surnaturel. Ça ne m’a pas déplu, car l’histoire est bien ficelée et très dynamique. On suit l’aventure de Penryn, le personnage principale et ses més-aventures. De plus, j’aime beaucoup les histoires qui parlent du monde angélique. Ici, on retrouve les anges de la Bible tels que Michel, Raphaël, Gabriel ou encore Uriel. On en apprend un peu plus sur la politiques de ces êtres célestes, bien qu’il y ait encore de nombreuses zones d’ombre. Je pense que le tome deux pourra combler ses lacunes. Les anges sont ici dépeint comme des montres, qui n’ont aucune considération pour les humains qu’ils appellent « singes » et détruisent le Monde. 

J’ai apprécié le fait que pour une fois, il y ait seulement deux personnages principaux, ça change des autres romans où il y a 110 caractères. 

Pour une fois, j’ai tout adoré chez le personnage principal. Penryn ferait tout pour sa famille, en particulier pour sa petite sœur Paige qui est en fauteuil roulant. Elle se sent responsable de sa famille depuis que son père les a quittés, les laissant avec leur mère souvent incapable de distinguer la réalité. Elle est pleine de courage et rien ne peut l’arrêter dans sa quête. Elle fait tout pour délivrer sa sœur, se bat contre vent et marée, quitte à y laisser sa peau. Elle est dotée d’un incroyable instinct de survie, qu’on ne retrouve pas chez toutes les héroïnes. Susan EE nous donne dès les premières pages le profil psychologique de Penryn, façonné à cause de la maladie dangereuse de sa mère, de ses responsabilités envers sa famille, ce que j’ai trouvé très intelligent et hyper intéressant. 

J’ai également adoré le personnage de Raffe, l’ange aux répliques cinglantes, qui a toujours une pique à lancer et qui est drôle. C’est un personnage complexe que j’ai adoré découvrir et qui a beaucoup de charme. Au fil des pages, on se rend compte qu’il se  livre une bataille à l’intérieur, repartir chez les siens pour retrouver son essence d’être: voler. Et en même temps, il ne peut s’empêcher de protéger Penryn, qui se jette constamment sous les roues des voitures. Pourtant, les Anges ont interdiction de fréquenter les Filles de l’Homme, sous peine d’être damné. 

Ils ont besoin l’un de l’autre pour parvenir à leur buts respectifs. Au fil du temps on voit que, même avec un certain détachement, ils s’attachent l’un à l’autre. Sans perdre de vue leurs objectif toutefois. On peut se demander si cette nouvelle relation va les lier juste à de l’amitiés ou si ils vont aller plus loin. C’est le plus de cette histoire, rien n’est vraiment prévisible. Même si on se doute qu’une histoire d’amour va naître entre eux, on peut quand même se poser la question.

Dans 99% des romans les deux protagonistes principaux tombent amoureux. Donc on est quasi sûr ici aussi qu’ils finiront ensemble, mais à la simple lecture, on peut se poser des questions. J’aime bien cette tournure des choses, un peu moins prévoyante. Les choses se font en douceur et naturellement. Je n’aime pas les livres où dès les premiers chapitres on sait que les personnages vont finir ensemble. Ici, Penryn et Raffe ont tissu un lien très solide. Au coeur de la fin du monde, ils se sont trouvé l’un et l’autre un partenaire pour se protéger des dangers. 

Ce livre traite aussi des maladies mentales: la schizophrénie et la paranoïa. On y découvre comment, a sa façon bien particulière, la maman atteinte de ses maladies, essaie de secourir et protéger ses enfants. Ces actions n’ont pas forcément de sens pour une personne saine d’esprit, parfois même violent, mais c’est sa manière de montrer son amour, et de protéger ses filles. Dommage que son personnage ne soit pas plus abordé que ça. J’aimerais bien un passage de son point de vu, qui nous expliquerait comment elle voit les choses, pourquoi elle agit comme elle le fait. 

L’auteur a su dynamiser l’histoire, la rendant crédible avec ses bonnes et ses mauvaises surprises. Le contexte de l’histoire au début, un peu classique (apocalypse, une jeune fille qui doit se battre pour sa liberté et protéger sa famille) mais évolue grâce à la plume de l’auteur qui sait dynamiser, faire durer le suspense et contourner les idées prérequises et imposer ses propres idées. L’ambiance est très réussi, car on s’imagine très bien le monde apocalyptique dans lequel Penryn vit. Certaines scènes font froid dans le dos. L’actions est omniprésente, pleins de rebondissements, un mélange entre le thriller et le fantastique que l’auteur manie très bien.

J’ai adoré ce livre! Je le recommande aux fans de Young Adult, de thriller, et de fantastique (ou non puisque finalement cette dimension n’est pas très présente). Si vous aimez l’action, et la romance a petite dose, avec une bonne dose d’humour, ce livre est fait pour vous! Pour un premier roman, je trouve que Susan EE s’en sort extrêmement bien! 

2 réflexions au sujet de “Chronique Littéraire: Angelfall: Penryn et la fin du monde de Susan EE.”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s