Blog

Uncategorized

Chronique littéraire : L’Aube sera grandiose par Anne-Laure Bondoux

Bonjour amis lecteurs ! Comme promis me voici de retour avec une nouvelle chronique sur L’Aube sera Grandiose, écrit par Anne-Laure Bondoux et publié par Gallimard Jeunesse – avec illustrations de Coline Peyrony . Je dois avouer que je suis tombée sur ce livre par hasard dans la bibliothèque de ma soeur, mais quelle surprise ! J’ai complètement craqué pour cette couverture absolument sublime. J’ai dévoré le roman en une journée, ça faisait des années que ça ne m’était pas arrivé !

Ce roman jeunesse est une histoire entre mère et fille – sur plusieurs générations. Nine se fait « kidnapper » par sa mère alors qu’elle avait la fête du lycée ce soir-là. Titania, sa mère, va alors la conduire jusqu’à une cabane au bord d’un lac et passer la nuit à lui révéler d’incroyables secrets sur sa vie. Nine va alors vraiment découvrir qui est sa mère et l’histoire de sa famille maternelle qu’elle n’a jamais soupçonnée d’exister.

 Ce roman jeunesse est une histoire entre mère(s) et fille(s) – sur plusieurs générations. Nine est une jeune fille passionnée de natation, amoureuse de Marcus et avec un caractère bien trempé. Alors qu’elle a la fête du lycée ce soir-là, elle se fait « kidnapper » par sa mère, Titania, qui va alors la conduire jusqu’à une cabane au bord d’un lac et passer la nuit à lui révéler d’incroyables secrets sur son passé. Nine va alors vraiment découvrir qui est sa mère et l’histoire de sa famille maternelle qu’elle n’a jamais soupçonnée exister. Et « ils » arrivent pour les rejoindre.

SPOILERS : Rose-Aimée, la grand-mère de Nine, est née dans une famille aisée, et est tombée amoureuse très jeune d’un italien, Pietro Pasini, surnommé « El Maestro ». Il est rapidement devenu volage, et surtout un criminel sur le sol français. Rose-Aimée, ayant quitté sa famille, se retrouve enceinte une première fois de Consolata (le vrai nom de Titania), puis une seconde fois, des jumeaux Octobre et Orion. Assistant à une scène de violence envers Consolata, Rose-Aimée quitte Pietro et prend la fuite incognito pour qu’il ne la retrouve pas. Elle retourne chez ses parents qui la renient, lui offrant juste une vieille voiture, une Panhart bleu ciel. Elle prend alors la route, et rencontre le pompiste Jean-Ba, avec qui elle s’installera, puis le docteur Vadim Bordes chez qui elle emménagera après sa rupture avec Jean-Ba. Nous suivons ainsi l’enfance de Consolata sur une dizaine d’années puis son adolescence. Un jour, Rose-Aimée achète la fameuse cabane au bord du lac et les y emmène avec des valises pleines de billets – 10 millions de francs ! C’est ce soir-là qu’elle leur révèle enfin leurs origines, qui est leur père et pourquoi elle ne leur en a jamais parlé. Ce même jour, Rose-Aimée a revu Pietro et lui a volé les 10 millions de francs. Elle doit donc être recherchée par ses hommes, elle leur annonce qu’ils doivent changer d’identité et se séparer. C’était plus de 30 ans auparavant.

Si Titania/Consolata peut enfin partager cette histoire avec sa fille, c’est car la veille, son père biologique est décédé : la menace pesant ainsi sur la famille a disparu. La réunion de famille approche, Titania n’a qu’une nuit pour tout raconter à Nine !

L’histoire de Consolata, Rose-Aimée, Octo et Orion est pleine de rebondissements et particulièrement semée d’embuches, mais très belle. Les liens de cette famille sont indestructibles, quoiqu’il se passe. C’est un incroyable scénario, notamment autour de Pietro et de Rose-Aimée. On se retrouve pris dans des histoires mafieuses italiennes, ça devient presque un thriller à partir de ce moment-là ! Et bien sûr on n’apprend la vérité qu’à la fin, donc le suspens est vraiment insoutenable. Ce que j’ai le plus adoré, c’est la façon dont on nous raconte l’histoire.

Tout abord, la structure de l’histoire est particulièrement intéressante : un chapitre sur deux se passe dans le présent entre Nine et Titania, et le suivant se passe dans le passé, ce sont les souvenirs de Titania / Consolata. J’ai eu comme l’impression de regarder un film et de suivre en temps réel les confessions de Titania et ses souvenirs. Je n’ai également pas pu m’arrêter à cause de ça, j’étais obligée d’aller au bout de l’histoire et de tout savoir en quelques heures, comme Nine ! Ce rythme de chapitres est donc un grand succès d’après moi: il rythme aussi notre lecture. On y retrouve également un effet miroir à plusieurs reprises entre passé et présent : la fameuse nuit du 15 juillet 1986 à la cabane, et cette nuit trente ans plus tard, les amours de jeunesse de Consolata et Nine… Cette reproduction des événements de génération en génération est très bien construite.

En lisant ce livre, et notamment les souvenirs de Titania, j’ai retrouvé le parfum de l’enfance, les parties de foot, les vacances à la mer, autant de souvenirs qui ont également bercé mon enfance, mais pas que ! J’ai retrouvé ça aussi dans le style de l’écriture. Le choix des mots respire l’innocence des beaux jours, ça apporte vraiment une atmosphère sereine et douce au roman. Les enfants ne se prennent pas la tête comme nous, adultes. Les choses sont comme elles sont, même si Consolata a sacrément de caractère pour son âge ! Je me suis beaucoup identifiée à elle – bon sauf pour les cheveux blonds et les yeux bleu quand même. Un autre gros point positif pour moi était le handicap d’Orion, et la grande douceur avec laquelle ce sujet a été abordé avec des yeux d’enfants puis d’adultes. L’histoire n’aurait pas été la même sans lui, et c’est un personnage que j’ai beaucoup aimé ! Un peu déconnecté, mais avec plus de recul que la plupart des gens d’après moi.

Les autres personnages ont tous beaucoup de profondeur, et c’est un point que j’ai beaucoup apprécié. Lorsqu’on apprend l’histoire de Rose-Aimée, on comprend alors tous les rouages de sa personnalité et toutes ses réactions. L’histoire de Vadim et de son fils m’a également particulièrement touché. Je crois que c’est cette partie de l’enfance de Consolata qui m’a le plus plu, les enfants y sont vraiment insouciants. Assister à leur construction en tant que personnes de l’enfance à l’adolescence, puis adulte pour Consolata, avec leur passions respectives, c’est un peu comme assister à la création entières de ces trois personnages et de leur histoire. Contrairement à Rose-Aimée dont on ignore tout jusqu’à la fin, Octo, Orion et Conso n’ont aucun secret pour nous, et c’est ce parallèle entre eux et les autres personnages qui amplifie encore plus cette notion de personnages entiers.

Enfin, le pilier de ce livre est pour moi la relation entre une mère et sa fille : que ce soit celle de Titania et Nine ou de Rose-Aimée et Consolata. Même si elles ne se comprennent pas toujours, elles partagent une complicité et un amour inconditionnel. On s’en rend encore plus compte en voyant la complicité qui se créé entre Titania et Nine tout au long du récit. Ce message est magnifique, d’autant plus que l’autrice, Anne-Laure Bondoux, a travaillé avec sa fille, Coline, qui a fait les illustrations pour créer ce livre ! C’est extrêmement symbolique, et je trouve le pari gagné. Ce roman sublime la relation entre une mère et sa fille de toutes les façons possibles.

Pour résumer, ce livre incarne douceur de l’enfance, amour maternel et une touche de thriller. Il est très bien construit, on sent une grande logique et un savoir-faire derrière la plume. Je l’ai dévoré en quelques heures et je l’ai visualisé comme si j’avais vu un film ; pour moi ce sont les signes qu’un livre est excellent ! Je lui donne donc la note de 5 étoiles évidemment !

Chronique littéraire

Chronique Littéraire: Gardiens des cités perdues de Shannon Messenger

Hello! Voici ma dernière lecture, Gardiens des cités perdues de Shannon Messenger. C’était plutôt sympa, et comme je suis curieuse j’ai envie de connaitre la suite de ces péripéties. Entre manipulations, complots, mensonges, Sophie semble avoir un destin tout tracé, ou ficelé par quelqu’un.

DSC_0402.JPG

Découvrez les aventures de Sophie, la jeune prodige télépathe de 12 ans qui est en terminale. Sa vie se voit bouleverser lorsqu’elle rencontre un garçon qui démasque son secret, qu’elle s’efforce de cacher depuis sept ans. Fitz, lui révèle qu’elle n’appartient pas au monde humain et qu’elle doit quitter sa vie et sa famille à tout jamais. S’ensuit pleins de péripéties, car Sophie est très particulière, même pour une elfe. Elle a des pouvoirs très étendus qu’elle ne peut pas avoir acquis seule, et sait des choses qu’elle ne devrait pas savoir.  Mais, comment, ça, elle ne sait pas. D’ailleurs, personne ne sait de quoi elle est réellement capable, hormis le Signe Noir.

Elle reçoit d’étranges messages laissés par le Signe noir, tandis que des incidents se produisent un peu partout dans le monde. Un autre groupe de rebelles se fait peu a peu découvrir, ils veulent faire disparaitre la race humaine qui serait trop dangereuse pour la survie de la planète.

Entre manipulations, complots, mensonges, Sophie semble avoir un destin tout tracé, ou ficelé par quelqu’un.

Ce que j’ai aimé: 

Shannon Messenger se fait un plaisir de décrire le nouveau monde de Sophie. J’ai aimé les paysages et l’architecture elfique très lumineuse et raffinée, avec des dômes de verres partout. J’ai adoré découvrir les histoires sur les cités perdues, notamment sur l’Atlantide! Etant fan de mythes et légendes, c’était fait pour moi!

J’ai également aimé les passages avec tous les animaux plus bizarres les uns que les autres et leurs importances dans le livre. Tous les animaux qui ont un jour existé sur la Terre sont protégé par les elfes, même ceux que les humains pensent avoir disparu comme les mammouths. Hagrid et Newt auraient été plus qu’heureux de prendre soins de ses créatures comme le font Edaline et Grady. Ces passages là ont un côté réconfortant au vu de tous les dangers qui se trament.

Il y a pleins de rebondissements et de suspense ce qui pimente l’histoire. Sophie est en danger et on a pleins d’interrogations dans la tête; qui est le signe noir? Pourquoi avoir créé Sophie? Qui veut du mal à Sophie?

L’univers est travaillé et il y a une richesse de pouvoirs impressionnante: télépathe, empathiste, flasheur, instillateur, etc. Il  y a  également plusieurs sortes de créatures intelligentes comme les Gobelins, les trolls, les lutins, etc. On trouve aussi différents objets mentionnés tout au long du livre qui sont plutôt intéressants.

C’est hyper intéressant de voir tout ce qu’on peut faire avec l’énergie et la lumière, pour peut qu’on sache comment faire: la télékinésie, télépathie, se déplacer grâce à la lumière, copié des images dans un livre, etc.

Mais cet univers est encore plus profond car elle aborde des sujets importants comme l’écologie et la préservation des espèces, l’égalité, la gestion de l’argent, le respect, l’adoption, etc. On peut espérer que la liste ne va faire que s’allonger dans les tomes suivants!

Ce que j’ai moins aimé: 

Le fait que le personnage principal est 12 ans m’a bloqué, même si elle est très mature et qu’on aurait très bien pu croire qu’elle avait 15-16 ans si ce point n’était pas précisé dès le début. De base, je trouvais que la première de couverture faisait assez enfantine, et j’avais hésité à le lire, donc le fait qu’elle est 12 ans m’a encore plus fait hésiter. Mais à force de lire on s’y habitue assez et on oublie son âge.

Les personnages sont tous très différents avec leurs caractères bien à eux. En revanche ils ne sont pas forcément assez développés à mon goût, j’espère que dans les prochains tomes on verra une amélioration de ce côté-là.

 

J’ai bien aimé ce premier volet: l’intrigue est autant bien construite que j’ai trouvé hyper intéressant les messages que l’auteur à essayer de faire passer. On plonge vite dans l’univers. Hâte de lire la suite!

Chronique littéraire

Chronique Littéraire: Nés à minuit par C.C. Hunter

Coucou tout le monde! Voici un article sur la saga «  Nés à minuit » de C.C. Hunter. Cette série que j’avais commencée il y a quelques années, sur les soins de ma petite cousine, m’a paru intéressante à commenter, notamment pour nos plus jeunes lecteurs. Il y a cinq livres en tout. A la limite entre le jeunesse et le Young Adult, c’est un mélange de roman fantastique, thriller, avec un peu de romance, qui aborde des sujets de société importants. 

57213779_359005518050507_690466213884592128_n.jpg

Dans le premier tome on y découvre une adolescente du nom de Kylie, complémentent perdue. Sa vie s’écroule quand son père, avec qui elle était très proche, quitte sa famille pour une femme plus jeune. Sa famille est brisée, et tient sa mère pour responsable. Kylie n’a pas beaucoup d’amis, et se sent rejetée par sa mère, avec qui elle n’est pas facile. Aussi elle est inscrite de force dans un camp d’été qui est censé la remettre sur le droit chemin et lui faire rencontrer des gens. Mais elle n’est pas au bout de ses surprises, car contrairement à ce que pensent ses parents ce n’est pas un centre comme les autres. En effet, Shadow Falls accueille des jeunes aux capacités extraordinaires pour les aider à trouver qui ils sont et à s’entendre en communauté. La cohabitation entre Vampire, Loup-garous, fées et sorciers n’est pas toujours facile.
Kylie va ainsi découvrir que les cauchemars qu’elle fait sont en faites des visions que lui envoie un mystérieux soldat. Elle va devoir résoudre l’énigme afin qu’il puisse s’en aller.

Kylie est coincée dans un triangle amoureux entre le garçon mystérieux et dangereux qui disparaît constamment et l’autre garçon toujours là pour elle mais qui a le don de pouvoir changer les sentiments des gens, aussi elle ne sait jamais si ce qu’elle ressent est réel.

Au fil des tomes, on s’aperçoit que la jeune fille appartient à une espèce non identifiée. Comme toutes nouveautés partout dans le monde, ça fait peur, et il faut se battre pour se faire reconnaitre.La majorité se sent toujours légitime, laissant les minorités subir leurs peurs. On suit son combat tout au long des tomes, avec ses différents fantômes qui viennent pour l’avertir de dangers ou bien qui souhaitent un coup de main pour passer dans l’autre monde. De plus, j’ai aimé voir les liens forts entre elle et ses amis se créer, elle qui n’avait jamais eu beaucoup d’amis avant. C’est assez touchant.

Cette série permet de se vider la tête, elle est facile à lire et simple. Une petite histoire d’amour entre adolescents en pleines crises identitaires. On ne se prend pas la tête avec ce roman. L’histoire est assez prévisible mais ce qui est bien je trouve c’est qu’il y a de l’action et des rebondissements tout le temps. On ne s’ennuie pas avec ce livre!

Les personnages sont attachants et on se retrouve facilement en eux. Le style d’écriture de l’auteur est fluide et simple à comprendre. Le livre se lit très rapidement et on enchaine les tomes aussi rapidement. Par contre on sent bien que c’est un livre destiné au jeune public, les personnages ont 16 ans et parlent comme des adolescents. Il y a beaucoup de disputes et de chamailleries entre eux. L’intrigue tourne autour du besoin de Kylie de comprendre qui elle est et d’où elle vient. N’étant qu’à moitié humaine, elle ne sait jamais bien intégrer dans le monde normal, et ne sachant à quelle espèce surnaturelle elle appartient, elle a le sentiment de ne pas avoir sa place dans le monde. Je pense que c’est un sentiment que beaucoup de personnes rencontrent dans leur vie à un moment donné. 

Je dirais que cette saga conviendrait parfaitement à des adolescents entre 12 et 16 ans (bien que j’ai trouvé ça plutôt cool quand même malgré que je sois un peu plus âgée).

De plus, outre le côté un peu fantastique de cette série, elle aborde des sujets importants et je trouve que cet univers décrit assez bien le monde des adolescents: crise identitaire, découverte du premier amour, relations parentales, manipulations, difficultés dans les relations sociales, jalousie, mesquinerie, etc. Je pense que certains ado s’identifierait assez bien aux situations que vivent nos protagonistes, et permettraient à certains de se sentir moins seul. Je trouve ça primordial de faire passer ce genre de message dans les livres, notamment pour les plus jeunes.

En tout cas, je recommande cette lecture, que j’ai eu plaisir à découvrir! 

 

Chronique littéraire

Chronique littéraire : A Court of Frost and Starlight par Sarah J. Maas

Bonsoir bonsoir, j’espère que vous allez bien ! Ce soir petite chronique sur un livre assez court que j’ai fini il y’a un mois, j’ai vraiment du retard dans mes chroniques! J’ai nommé A Court of Frost and Starlight par Sarah J. Maas, qui fait partie de la saga ACOTAR.

Cette nouvelle de 200 pages et quelques – ça change des autres tomes – se passe après ACOWAR le tome 3, après la fin de la guerre avec Hybern. On y retrouve la Cour de la Nuit – Rhys, Feyre, Cassian, Mor, Amren, Azriel, Nesta et Elain notamment – lors du Solstice d’Hiver. Après la guerre, chacun affronte ses démons et prépare le solstice à sa façon – cadeaux, cuisine, pâtisserie, peinture… On explore plus Velaris et la Cour de la Nuit, enfin!

Ce que j’ai adoré dans cette nouvelle, c’est sa brièveté et son ton presque léger après les trois premiers volumes. L’ambiance du solstice est une ambiance de fête, un peu comme Noël pour nous, et c’est dans cette atmosphère relativement légère qu’on retrouve les personnages, même s’ils affrontent leurs peurs ou désillusions. C’est un soulagement de lire cette nouvelle, un vrai plaisir! On prend le temps de souffler dans l’univers d’ACOTAR, et après l’enchaînement de l’action des autres tomes, ça fait du bien. Prendre le temps de découvrir Velaris et également de nouveaux personnages est vraiment agréable.

Notamment lorsque nous sommes plongés dans les points de vue de Mor, Cassian, ou Rhys. J’adore toujours autant lire Feyre, mais avoir de nouveaux points de vue et réponses sur ces autres personnages m’a apporté encore plus d’affection à leur égard. On découvre un peu plus leur personnalité et leur façon de penser.

En ce qui concerne le scénario, il y a beaucoup d’éléments que j’ai adoré ! L’atelier de Feyre, l’association, la nouvelle maison en construction… Les projets futurs, la décadence de Nesta, la détermination d’Elain, la fuite de Lucien, les souvenirs et tourments de Cassian… On découvre de nouveaux personnages soit au camp d’entraînement, soit à Velaris même, l’autrice n’est pas dans la redondance ici, c’est un renouveau et une évolution.

Certains voient dans cette nouvelle une étape inutile, je ne suis pas d’accord du tout. C’est une autre façon de voir le monde d’ACOTAR et une autre façon de vivre pour les personnages. On a très peu le temps de découvrir leur quotidien dans les autres tomes. Là, nous avons un aperçu du « retour a la vie normale » ou de la « découverte de la vie normale en tant que Fae » pour certains. Et surtout, nous en apprenons un peu plus sur l’après-guerre, et la situation à Prythian, dans les autres Cours. J’ai l’impression de découvrir une facette inconnue des personnages !

En fait, je comparerais facilement cette nouvelle avec un épisode spécial Noël dans une série ! Original, agréable, qui permet de souffler dans la saga. J’ai beaucoup aimé ce style différent et l’approfondissement de l’univers. Je ne suis absolument pas subjective en ce qui concerne ACOTAR donc je vais noter 5/5 , encore une fois! Vraiment pour les amoureux de cette saga, je recommande. Sortie en France à l’automne il me semble ! Bonne lecture à vous !

Note : 5/5🌟

Chronique littéraire

Chronique littéraire : Les Nocturnes par Tess Corsac

Bonjour tout le monde ! Je prends un petit moment pour partager avec vous ma dernière lecture – et coup de coeur – Les Nocturnes écrit par Tess Corsac et publié aux éditions Lynks. J’ai d’abord repéré ce livre sur instagram et j’ai eu la chance de pouvoir l’acheter au Salon du Livre avant sa publication officielle le 18 avril prochain. J’ai été ravie de pouvoir échanger avec l’éditrice qui s’est occupée des Nocturnes de A à Z, Bleuenn Guillou – la Bretagne est partout – et qui a fait un travail formidable ! Le livre est sublime et l’écriture est incroyable.

Voici le résumé : Un nom, un bloc, une couleur d’uniforme : Rouge ou Vert. Ce sont les seules informations dont disposent les deux-cent-cinquante pensionnaires de la Croix d’If, entrés dans l’institut sans le moindre souvenir et sans opportunité de sortir.
Natt Käfig est un Rouge du bloc 3A. Il est le dernier à avoir vu Laura, une Verte, avant sa mystérieuse disparition. Il se fait approcher par un groupe d’élèves… Qui sont ces  » Nocturnes  » qui ont besoin de son aide et qui pensent que Laura avait découvert les raisons de leur présence dans l’institut ? Rouges et Verts vont devoir collaborer pour percer le secret de la Croix d’If et échapper à l’administration. Y parviendront-ils en apprenant qu’ils sont prisonniers pour des motifs différents ?

Pour visualiser encore plus voici le book trailer du livre réalisé par Red Pear Production et où l’auteure joue même le rôle de la Chouette ! C’est magnifique !

J’ai eu un peu peur au début que ce soit un livre qui ressemble « trop » à Le Labyrinthe, Hunger Games, toutes les dystopies du moment. Mais dès le début j’ai compris que ça n’avait rien à voir ! Ca se passe dans les années 2050, les élèves ont tous subi une mnémochirurgie – ils ont oublié leur passé. Ils découvrent que chaque couleur a une caractéristique : certains sont des victimes, d’autres des agresseurs. Le savoir engendre une vague de violence chez les élèves et on étudie la nature profonde du cerveau humain. Est-ce que se souvenir de ce qu’on a vécu affecte nos actes ? Ou est-ce que même sans souvenir la nature profonde d’une personne reste la même? Voilà le sujet d’étude des scientifiques de La Croix d’If, et il faut avouer que l’exploration de cette question dans ce roman est fascinante.

Dans le contexte actuel de la société, je trouve que cette question est d’autant plus pertinente. La violence est omniprésente – attentats, vols, violences, harcèlement – et a forcément des conséquences psychologiques sur les victimes ou les agresseurs. La nature d’un être humain est-elle fondamentalement bonne ou mauvaise, ou peut-elle être influencée ? En lisant ce roman, vous y réfléchirez forcément !

J’ai beaucoup aimé la profondeur de chaque personnage, et ils étaient tous tellement attachants. Je pense qu’on peut tous en trouver au moins un à qui s’identifier et c’est vraiment un point que je trouve important dans un roman. Ils ont tous une histoire et un passé, qu’on découvre parfois grâce à leur dossiers médicaux, et je trouve que ça a ajouté une incroyable profondeur au roman. Tout a été construit sur la psychologie de chaque personnage, et c’est un immense travail qu’a effectué l’auteure Tess Corsac, je me suis même plusieurs fois demandé si ce n’était pas une histoire réelle tellement les éléments sont concrets.

Ensuite, que dire du suspens incroyable du scénario ? Dès le début, j’ai été happée par l’histoire, j’y pensais dans la journée, en ayant hâte de rentrer pour continuer ma lecture, vraiment c’était addictif. C’est rare que je sois obnubilée par un livre comme ça, et pour moi c’est un critère d »‘excellent roman ».

Les personnages sont incroyables, l’histoire est très bien construite et addictive, et ça amène à réfléchir sur la psychologie humaine et des questions de société. Ca a été un incroyable coup de coeur pour moi que je gratifie d’une note de 5/5. Je ne suis vraiment pas déçue d’avoir craqué pour ce bijou qui rejoint ma pile de romans préférés en 2019 ! Je vous recommande vivement cette lecture dès le 18 avril ! Et cette maison d’édition qui est une belle découverte pour moi ! Douce soirée à vous les amis.

Note : 5/5