Chronique littéraire

Chronique littéraire: Magisterium de Cassandra Clare et Holly Black.

Hello! On se retrouve pour parler d’une nouvelle saga jeunesse intitulé Magisterium, écrit par Queen Cassandra Clare, l’auteur de The Mortal Instruments et Holly Black, qui a écrit les chroniques de Spiderwick. Callum a un passé compliqué, qu’il s’efforce de découvrir, et j’ai beaucoup aimé le fait de le découvrir avec lui. Plongez dans un univers rempli de magie, de personnages intéressants et pleins de suspense! Un petit air à la Harry Potter :3

59299312_278094269740543_9220124255599984640_n.jpg

Honnêtement, quand j’ai vu les auteurs, j’ai pas du tout hésité à lire ce livre, sans vraiment chercher à comprendre de quoi ça parlait ahah. C’était un peu une valeur sure.
Je n’ai pas été déçue par cet univers et j’ai plutôt pas mal accroché. J’ai découvert cette saga en cherchant les autres livres écrits par Cassandra Clare et quelle surprise de trouver une collaboration avec Holly Black, dont j’avais dévoré les Chroniques de Spiderwick étant enfant! Elles ont créé un univers bien à elles, un peu différent de ce que l’on connaît et c’est ce qu’on aime! 

Callum Hunt, 12 ans, est convoqué pour passer des tests en vue d’entrer au Magisterium, une école qui forme des Mages et qui leur apprend à contrôler leurs pouvoirs. Mais voilà, Callum n’a pas du tout envie d’y rentrer. Son père lui décrit ce monde comme étant obscur et malveillant, voire même extrêmement dangereux. C’est, selon lui, les mages du Magisterium et la magie qui ont tué la mère de Callum.

Mais voilà, l’Ennemi est sur le point de rompre le traité de paix et les Mages cherchent à tout pris un Makaris qui puisse le vaincre. L’Ennemi créé de plus en plus de porteur de Cahos et incitent les esprits porteurs de chaos à attaquer les Mages.

Les principes du Magisterium reposent sur les cinq principes suivants: L’eau coule, le feu brûle, le vent souffle, la terre lié, et le chaos englouti. J’ai adoré cette magie basée sur les éléments naturels du monde. Chaque fois que je lis des livres où la magie se cache et se puisent dans les éléments naturels, je me dis que si ça se trouve, nous aussi simple mortel on pourrait avec le bon savoir faire nécéssaire et l’entrainement, arriver à des déplacer des objets par la force de l’air! Globalement j’ai trouvé que l’intrigue et le monde du Magisterium très bien construit. 

Callum est un personnage attendrissant. Ce jeune homme a une particularité physique qui le désavantage. Les enfants se sont toujours moqués de sa démarche claudicante. Sa jambe est entièrement abîmée à cause de la même guère qui a tué sa mère.
Lors de son entrée au Magisterium, il va se faire des amis pour la première fois de sa vie. En tant que lecteur on est plus que touché de voir cet enfant avec qui personne ne voulait s’asseoir à la cantine, se lier d’amitié. Et même parfois, ne pas savoir quoi faire de ces nouvelles relations et de ce que cela implique.

Lorsque j’ai lu que la communauté des mages cherchait le dernier Makar, celui qui serait capable de repousser et détruire l’Ennemi, j’ai eu peur que ce soit Callum. Mais au contraire, j’ai adoré le fait que ce ne soit pas lui qui est le rôle du grand héros  ( bien qu’il est un rôle encore plus grand). Ça change je trouve. J’ai toujours un peu le cliché en tête que le personnage principal finira par être le héros de l’histoire, et je pense que les auteurs ont bien joué dessus au début, donc c’est une bonne surprise. 

La couverture est très bien pensée et plutôt sympa. Tous les éléments importants du livre s’y cachent. On dit que l’Ennemie porte un masque depuis la grande guerre, à cause de ses blessures, mais (SPOIL) on apprend plus tard que l’ennemie à changer de corps. On en déduit de cette couverture, que L‘Ennemie porte un masque car personne ne sait qui il est réellement. De plus, je trouve ça vraiment bien (je me répète) que Callum ne soit pas au centre de la couverture. ça prédit également que le personnage du milieu,  à un rôle majeur, ce que ‘on découvre vers le milieu du livre. 

A la fin on trouve le test d’entrée du Magisterium qui est évoqué dans les premières pages du livre. J’ai trouvé ça cool de pouvoir essayer d’y répondre.

La fin nous laisse très en suspense, Callum a décidé de cacher sa réelle identité au péril de tous.  Il pense qu’il a le pouvoir de changer le destin, que rien n’est écrit d’avance, ou alors qu’il peut le contrer. En tout cas c’est ce qu’on espère pour lui sinon je donne pas cher de sa survie! L’intrigue nous pousse à lire le deuxième tome  pour découvrir si il a eu raison! 

à Bientôt :)x