Chronique littéraire

Chronique Littéraire : Merlin : Les années oubliés par T.A. Barron

Aloha mes chers lecteurs ! On se retrouve aujourd’hui – j’ai trop l’impression de faire une présentation tuto Youtube ahah – dans une nouvelle chronique sur le plus emblématique des magiciens, Merlin. Je suis passionnée par tout l’univers Arthurien donc c’était inévitable que je lise ce livre ! Merlin est un personnage que j’adore, j’ai donc été ravie d’imaginer ses premières années, un passage de sa vie beaucoup moins abordé. 

56830024_349967102294453_4953869073671782400_n.jpg

Tout d’abord il faut savoir que malgré les nombreux écrits, textes, histoires et même films, qu’il y a sur Merlin, il n’y a aucun écrit sur son enfance, c’est le trou noir. L’auteur nous explique dans les premières pages afin qu’on comprenne bien le contexte : il souhaite inventer/imager l’enfance de ce mythe. J’ai trouvé ça top que la note de l’auteur soit placé en tête de livre parce que du coup on peut pas la louper et c’est hyper important de souligner que cet écrit est fictif. De ce fait, il faut oublier tout ce que l’on sait de Merlin avant de commencer cette lecture. 

Un enfant amnésique, doté de pouvoirs est rejeté par la mer sur une plage du pays de Galles. Il vit avec une femme qui dit être sa mère, guérisseuse. Ils sont rejetés par les autres villageois qui pensent que c’est une sorcière et que Emrys -l’enfant- et un fils de démon. Emrys est déterminé à découvrir qui il est et d’où il vient. Dans sa quête d’identité, il échoue sur l’île légendaire de Fincayra, aux propriétés hors du commun et fait la découverte d’une fille/arbre nommée Rhia. Seulement, cette île est menacée par des forces maléfiques. Emrys est le seul à pouvoir sauver cette Terre, qui est étrangement liée à lui, ainsi que les créatures qui y vivent. 

Dans sa quête, Emrys va rencontrer plusieurs personnages, qui parfois, n’ont pas réellement de rôle: ils se rencontrent, discutent, puis se séparent. Mais chaque discussion est importante et est une pièce du puzzle final.

Emrys est un personnage qui évolue sans cesse et qui se remet en question. La question du bien et du mal est abordée, vis à vis de ses pouvoirs et de leurs utilisations. Il fait des erreurs, mais se bat pour les réparer. On imagine bien ce garçon apprendre, essayer, et réessayer avant de devenir celui que tout le monde connaît: le grand Merlin l’enchanteur.

Au niveau des personnages secondaires, j’ai été déçue de Brandwen, qui est trop effacé à mon goût. Par contre, J’ai adoré le petit Shim et son sens de l’humour qui le rend particulièrement adorable. Rhia et Fléa apportent également quelque chose à l’histoire qui n’est pas négligeable.

Comme il n’existe pas de texte sur l’enfance de cette légende intemporelle, j’avais quelques appréhensions, et j’avais peur que ça ne colle pas trop à Merlin, ou en tout cas à l’image que je m’en fait. Au final, je trouve que l’auteur s’en sort pas trop mal, le contexte est cohérent et on s’imagine bien ce petit garçon, perdu qui cherche à savoir qui il est, d’où il vient en découvrant ses pouvoirs.

Parfois un peu longuet, j’ai mis un peu de temps à réussir à le lire en entier. Il y a très peu de dialogues, ce qui rend le texte moins fluide. De plus, les toutes premières années de la vie d’Emrys (aka Merlin) ne sont pas franchement trépidantes, pourtant l’auteur s’efforce de tout décrire. L’action arrive vraiment lors de la troisième partie du livre (environ à la moitié du livre), donc l’intrigue met quand même pas mal de temps à se mettre en place. Le point positif quand il y a autant de détails, c’est qu’on n’a pas de mal à s’imaginer l’environnement et les différentes créatures qui existent.

La première partie du livre est vraiment centrée sur l’enfance de Merlin, sa découverte et son aversion pour ses pouvoirs, notamment après avoir causé un accident. Cependant, lors de la deuxième partie, on suit les épopées d’Emrys, ce qui donne un peu d’action à l’histoire. Elle s’éloigne cependant un peu des aventures Arthuriennes, ce qui m’a un peu dérangé, mais en un sens, il est normal que ce personnage ait vécu autre chose avant la Table ronde et le règne d’Arthur. Par contre, on rencontre pleins de créatures magiques et ça c’est plutôt sympa! Trolls, nains, gobelins, géants, etc.

La nature joue un grand rôle dans ce livre, aussi on trouve beaucoup de description des arbres, des feuilles et des couleurs. C’est un univers très apaisant. N’oublions pas que c’est un univers magique donc il est normal que la nature soit vivante et communique avec ceux qui savent écouter.

Le voile entre sa vie en tant que « Emrys » et celle de « Merlin » est encore mince dans ce premier tome, et devrait s’intensifier dans les prochains volets ce qui devrait être encore plus intéressant.  Je pense que ce premier livre pose bien le contexte et que les éléments croustillants de la vie de Merlin apparaitrons très vite dans la suite. D’ailleurs dans cette édition -PKJ- on a les premières pages du deuxième volume qui me permet de penser que l’affirmation précédente est vraie. Je ressors de cette lecture un peu perplexe, je m’attendais à mieux. Je pense lire le deuxième tome et voir, si ça me plaît un peu plus. Si vous souhaitez que je vous donne mon avis après la lecture du prochain livre, n’hésitez pas à me le faire savoir.

 

Bonne lecture!