Chronique littéraire

Chronique littéraire: Night School time 2 de C.J Daugherty.

Bonjour tout le monde! J’espère que vous profitez des quelques jours d’ensoleillement que nous avons eu! Je vous parle aujourd’hui de la suite d’un roman que j’avais adoré dévorer le mois dernier, Night School tome 2 écrit par C.J. Daugherty. J’ai encore une fois – sans surprise- beaucoup aimé ce volume dans la continuité du premier. Il y a pleins d’actions et se laisse lire facilement. On devient détective privé pour élucider tous les drames!

60817557_620734108389933_439084629907996672_n.jpg

Pour protéger Allie du danger, elle est admise dans un programme avancé de la prestigieuse organisation secrète Night School. Mais voilà, il y a un traître parmi eux qui travail pour Nathaniel. Ils vont alors devoirs apprendre les techniques pour repérer les mensonges et se suspecter les uns les autres. Ainsi vient se créer le doute. « la personne la plus proche de toi est celle qui peut te faire le plus de mal ».
Allie est plus que jamais en danger et sa vie se voit basculer lorsqu’elle apprendre sa véritable identité. Le triangle amoureux est plus que jamais présent (ce qui m’arrange parce que je n’aime pas trop son couple avec Carter). Cependant j’ai peur que ça devienne un peu lourd a force de passer d’un gars à l’autre.. 

D’ailleurs sur la première de couverture il y a marqué « ne faites confiance à personne ». Ça indique bien le ton du livre à venir. Tout le monde sait des choses, notamment sur ce qui se passe mais personne ne veut en parler. Si bien que tout le monde a l’air un peu coupable. 

Après presque deux ans sans nouvelle de son frère, Allie reçoit une lettre de ce dernier lui donnant rendez vous. Mais rien ne se passe comme prévu.
Aussi, après avoir appris de ses erreurs, elle redoute le fameux bal d’hiver, où les personnes les plus influentes seront là, sa grand-mère y comprise. Elle sent que quelque chose va se produire, mais personne ne veut la croire.

J’ai été choquée de voir une hiérarchie aussi archaïque! ça me révolte d’imaginer l’inégalité entre la population avec ce schéma de futurs dirigeants. Et en l’occurence l’inégalité entre les étudiants qui ne se reçoivent pas la même éducation, même au sein de la même école. ça fait réfléchir sur notre système actuel!  Cimmeria est une école élitiste qui prépare les meilleurs élèves du monde à diriger le monde. Seuls les descendants des diplômés de cette école se voient autorisés à y étudier. Et seuls les meilleurs des meilleurs intègrent la Night School, avant de pouvoir définitivement intégrer  l’Organisation. Et c’est ce à quoi  Nathaniel veut s’attaquer et en prendre le contrôle.

La Night school les entraîne à savoir se protéger, se défendre contre toutes attaques. Aussi, les élèves se doivent de patrouiller la nuit afin de s’assurer que personne n’essaye de pénétrer dans l’enceinte de l’école, et tout le monde devient un peu paranoïaque. 

Lorsqu’on fait partie de cette organisation hyper élitiste, c’est pour la vie. Rien ne peut vous faire retourner en arrière. Et sans faire partie de cette organisation, vous n’irez pas très loin dans la vie. C’est un genre de cercle vicieux où personne n’est équitable dans la société. Les plus pauvres (et qui ont un certains niveaux pour entrer à Cimmeria ne l’oublions pas) vont être obligés d’entrer dans la Night School. Seul les plus riches pourront avoir le choix, et encore.  Car plus on est riche, plus on a de pouvoirs et plus on en veut encore. C’est un cercle vicieux.

Dans ma précédente chronique je vous parlais d’un passage qui ne m’avait pas du tout plus. Sur une tentative de viol, et dont personne, même la victime ne se souciait. Dans ce deuxième volume, on est toujours au même point, bien que l’un des personnages s’en préoccupe beaucoup plus que la victime. D’ailleurs, Allie, pour elle ce n’était pas un viol. Encore une fois ça me dérange énormément, et je ne suis pas du tout d’accord.

J’ai beaucoup aimé ce tome 2, riche en actions et pleins de rebondissements. On en apprend un peu plus sur les motivations de Nathaniel et la raison du départ de Christopher qui a eu un lavage de cerveau. On a aussi confirmation qu’il y a un traitre dans l’école qui travail pour Nathaniel. J’ai un doute sur l’identité du traître infiltré mais j’attends de voir les prochains tomes pour voir si ça se confirme!

Encore fois il y a un mort, d’un personnage principal cette fois. J’avais le pressentiment que ce personnage aurait un certain rôle dans ce livre, et j’avais raison. J’ai pas du tout été attristé par sa mort parce que je trouve que c’était de sa faute. A côté de ça c’était un personnage sympathique qui apportait une petite touche d’humour.

Il y a beaucoup de clichés sur les français apportés d’ailleurs par un personnage français en échange scolaire. Ils m’ont beaucoup fait rire car c’est hyper saugrenu. Chaque fois que Nicole parle c’est pour dire des pseudos clichés français qui n’existe pas et auxquels on ne s’y attend pas du tout. De plus, je sais pas ce qu’à l’auteur contre les français (ne m’en voulez pas si vous vous appelez comme ça svp) mais les deux protagonistes français  de 16 ans se nomment Sylvain et Nicole…. Elle s’acharne sur nous!

A part elle, il y a un deuxième nouveau personnage, Zoé, petite prodige de 13 ans. Elle est dynamique, drôle, sans filtre, elle donne de la fraicheur à ce thriller.

L’intrigue nous pousse encore une fois à  lire le prochain tome pour découvrir la suite de cette histoire, surtout au vu de la fin qui nous laisse dans le suspense le plus complet.

 

 

Chronique littéraire

Chronique Littéraire: Nés à minuit par C.C. Hunter

Coucou tout le monde! Voici un article sur la saga «  Nés à minuit » de C.C. Hunter. Cette série que j’avais commencée il y a quelques années, sur les soins de ma petite cousine, m’a paru intéressante à commenter, notamment pour nos plus jeunes lecteurs. Il y a cinq livres en tout. A la limite entre le jeunesse et le Young Adult, c’est un mélange de roman fantastique, thriller, avec un peu de romance, qui aborde des sujets de société importants. 

57213779_359005518050507_690466213884592128_n.jpg

Dans le premier tome on y découvre une adolescente du nom de Kylie, complémentent perdue. Sa vie s’écroule quand son père, avec qui elle était très proche, quitte sa famille pour une femme plus jeune. Sa famille est brisée, et tient sa mère pour responsable. Kylie n’a pas beaucoup d’amis, et se sent rejetée par sa mère, avec qui elle n’est pas facile. Aussi elle est inscrite de force dans un camp d’été qui est censé la remettre sur le droit chemin et lui faire rencontrer des gens. Mais elle n’est pas au bout de ses surprises, car contrairement à ce que pensent ses parents ce n’est pas un centre comme les autres. En effet, Shadow Falls accueille des jeunes aux capacités extraordinaires pour les aider à trouver qui ils sont et à s’entendre en communauté. La cohabitation entre Vampire, Loup-garous, fées et sorciers n’est pas toujours facile.
Kylie va ainsi découvrir que les cauchemars qu’elle fait sont en faites des visions que lui envoie un mystérieux soldat. Elle va devoir résoudre l’énigme afin qu’il puisse s’en aller.

Kylie est coincée dans un triangle amoureux entre le garçon mystérieux et dangereux qui disparaît constamment et l’autre garçon toujours là pour elle mais qui a le don de pouvoir changer les sentiments des gens, aussi elle ne sait jamais si ce qu’elle ressent est réel.

Au fil des tomes, on s’aperçoit que la jeune fille appartient à une espèce non identifiée. Comme toutes nouveautés partout dans le monde, ça fait peur, et il faut se battre pour se faire reconnaitre.La majorité se sent toujours légitime, laissant les minorités subir leurs peurs. On suit son combat tout au long des tomes, avec ses différents fantômes qui viennent pour l’avertir de dangers ou bien qui souhaitent un coup de main pour passer dans l’autre monde. De plus, j’ai aimé voir les liens forts entre elle et ses amis se créer, elle qui n’avait jamais eu beaucoup d’amis avant. C’est assez touchant.

Cette série permet de se vider la tête, elle est facile à lire et simple. Une petite histoire d’amour entre adolescents en pleines crises identitaires. On ne se prend pas la tête avec ce roman. L’histoire est assez prévisible mais ce qui est bien je trouve c’est qu’il y a de l’action et des rebondissements tout le temps. On ne s’ennuie pas avec ce livre!

Les personnages sont attachants et on se retrouve facilement en eux. Le style d’écriture de l’auteur est fluide et simple à comprendre. Le livre se lit très rapidement et on enchaine les tomes aussi rapidement. Par contre on sent bien que c’est un livre destiné au jeune public, les personnages ont 16 ans et parlent comme des adolescents. Il y a beaucoup de disputes et de chamailleries entre eux. L’intrigue tourne autour du besoin de Kylie de comprendre qui elle est et d’où elle vient. N’étant qu’à moitié humaine, elle ne sait jamais bien intégrer dans le monde normal, et ne sachant à quelle espèce surnaturelle elle appartient, elle a le sentiment de ne pas avoir sa place dans le monde. Je pense que c’est un sentiment que beaucoup de personnes rencontrent dans leur vie à un moment donné. 

Je dirais que cette saga conviendrait parfaitement à des adolescents entre 12 et 16 ans (bien que j’ai trouvé ça plutôt cool quand même malgré que je sois un peu plus âgée).

De plus, outre le côté un peu fantastique de cette série, elle aborde des sujets importants et je trouve que cet univers décrit assez bien le monde des adolescents: crise identitaire, découverte du premier amour, relations parentales, manipulations, difficultés dans les relations sociales, jalousie, mesquinerie, etc. Je pense que certains ado s’identifierait assez bien aux situations que vivent nos protagonistes, et permettraient à certains de se sentir moins seul. Je trouve ça primordial de faire passer ce genre de message dans les livres, notamment pour les plus jeunes.

En tout cas, je recommande cette lecture, que j’ai eu plaisir à découvrir! 

 

Chronique littéraire

Chronique Littéraire: Angelfall: Penryn et la fin du monde de Susan EE.

Nouvelle découverte d’un roman Young adult fantastique que j’ai beaucoup aimé, Angelfall: Penryn et la fin du monde, le premier roman de Susan EE. Un roman qui démystifie les Anges.

55807360_319795332014490_8856435710693998592_n.jpg

                                     (Je trouve la première de couverture super jolie 😍)

Alors que les Anges ont attaqué la Terre, que chacun se bat pour survivre et où les denrées alimentaires sont quasi inexistantes, Penryn voit sa petite sœur Paige être enlevé par l’un de ses monstres. Elle n’a d’autre choix que de passer un marché avec un ange à qui on a coupé les ailes. Elle va l’aider à survivre en terres ennemies, jusqu’à ce qu’il puisse rentrer chez lui et se faire recoudre les ailes, et lui la conduira au Nid, où est possiblement retenue sa soeur. Elle est prête à tout pour réussir à sa tâche. Par ailleurs, une nouvelle organisation de résistance se distingue doucement: elle n’a pas pour but de gagner la guerre contre les anges, mais plutôt de redonner espoirs aux humains. Le coup du siècle se prépare.

Au fil de leurs aventures, Penryn n’est pas au bout de ses surprises. Jamais elle n’aurait imaginé voir ce genre de choses, ni même qu’elles puissent exister. Même au Nid de ses ennemis.

Je m’attendais à ce qu’on ressente beaucoup le côté fantastique dans ce livre grâce aux anges mais pas tant que ça au final. Les anges ont une force surnaturelle et sont capables de voler. Hormis ça, il y a pas grand chose de surnaturel. Ça ne m’a pas déplu, car l’histoire est bien ficelée et très dynamique. On suit l’aventure de Penryn, le personnage principale et ses més-aventures. De plus, j’aime beaucoup les histoires qui parlent du monde angélique. Ici, on retrouve les anges de la Bible tels que Michel, Raphaël, Gabriel ou encore Uriel. On en apprend un peu plus sur la politiques de ces êtres célestes, bien qu’il y ait encore de nombreuses zones d’ombre. Je pense que le tome deux pourra combler ses lacunes. Les anges sont ici dépeint comme des montres, qui n’ont aucune considération pour les humains qu’ils appellent « singes » et détruisent le Monde. 

J’ai apprécié le fait que pour une fois, il y ait seulement deux personnages principaux, ça change des autres romans où il y a 110 caractères. 

Pour une fois, j’ai tout adoré chez le personnage principal. Penryn ferait tout pour sa famille, en particulier pour sa petite sœur Paige qui est en fauteuil roulant. Elle se sent responsable de sa famille depuis que son père les a quittés, les laissant avec leur mère souvent incapable de distinguer la réalité. Elle est pleine de courage et rien ne peut l’arrêter dans sa quête. Elle fait tout pour délivrer sa sœur, se bat contre vent et marée, quitte à y laisser sa peau. Elle est dotée d’un incroyable instinct de survie, qu’on ne retrouve pas chez toutes les héroïnes. Susan EE nous donne dès les premières pages le profil psychologique de Penryn, façonné à cause de la maladie dangereuse de sa mère, de ses responsabilités envers sa famille, ce que j’ai trouvé très intelligent et hyper intéressant. 

J’ai également adoré le personnage de Raffe, l’ange aux répliques cinglantes, qui a toujours une pique à lancer et qui est drôle. C’est un personnage complexe que j’ai adoré découvrir et qui a beaucoup de charme. Au fil des pages, on se rend compte qu’il se  livre une bataille à l’intérieur, repartir chez les siens pour retrouver son essence d’être: voler. Et en même temps, il ne peut s’empêcher de protéger Penryn, qui se jette constamment sous les roues des voitures. Pourtant, les Anges ont interdiction de fréquenter les Filles de l’Homme, sous peine d’être damné. 

Ils ont besoin l’un de l’autre pour parvenir à leur buts respectifs. Au fil du temps on voit que, même avec un certain détachement, ils s’attachent l’un à l’autre. Sans perdre de vue leurs objectif toutefois. On peut se demander si cette nouvelle relation va les lier juste à de l’amitiés ou si ils vont aller plus loin. C’est le plus de cette histoire, rien n’est vraiment prévisible. Même si on se doute qu’une histoire d’amour va naître entre eux, on peut quand même se poser la question.

Dans 99% des romans les deux protagonistes principaux tombent amoureux. Donc on est quasi sûr ici aussi qu’ils finiront ensemble, mais à la simple lecture, on peut se poser des questions. J’aime bien cette tournure des choses, un peu moins prévoyante. Les choses se font en douceur et naturellement. Je n’aime pas les livres où dès les premiers chapitres on sait que les personnages vont finir ensemble. Ici, Penryn et Raffe ont tissu un lien très solide. Au coeur de la fin du monde, ils se sont trouvé l’un et l’autre un partenaire pour se protéger des dangers. 

Ce livre traite aussi des maladies mentales: la schizophrénie et la paranoïa. On y découvre comment, a sa façon bien particulière, la maman atteinte de ses maladies, essaie de secourir et protéger ses enfants. Ces actions n’ont pas forcément de sens pour une personne saine d’esprit, parfois même violent, mais c’est sa manière de montrer son amour, et de protéger ses filles. Dommage que son personnage ne soit pas plus abordé que ça. J’aimerais bien un passage de son point de vu, qui nous expliquerait comment elle voit les choses, pourquoi elle agit comme elle le fait. 

L’auteur a su dynamiser l’histoire, la rendant crédible avec ses bonnes et ses mauvaises surprises. Le contexte de l’histoire au début, un peu classique (apocalypse, une jeune fille qui doit se battre pour sa liberté et protéger sa famille) mais évolue grâce à la plume de l’auteur qui sait dynamiser, faire durer le suspense et contourner les idées prérequises et imposer ses propres idées. L’ambiance est très réussi, car on s’imagine très bien le monde apocalyptique dans lequel Penryn vit. Certaines scènes font froid dans le dos. L’actions est omniprésente, pleins de rebondissements, un mélange entre le thriller et le fantastique que l’auteur manie très bien.

J’ai adoré ce livre! Je le recommande aux fans de Young Adult, de thriller, et de fantastique (ou non puisque finalement cette dimension n’est pas très présente). Si vous aimez l’action, et la romance a petite dose, avec une bonne dose d’humour, ce livre est fait pour vous! Pour un premier roman, je trouve que Susan EE s’en sort extrêmement bien! 

Chronique littéraire

Chronique Littéraire : Night School de C.J. Daugherty

Hello tout le monde ! Je viens de finir un nouveau livre, trouvé au salon du livre à Paris ! J’en suis très contente et j’ai hâte de lire la suite ! C’est pas souvent que je lis des Thriller même jeunesse, donc ça change un peu.

55957857_2139564079424235_2410816541118431232_n.jpg

Autrefois petite fille modèle, Allie Sheridan, 16 ans voit sa vie bouleversée après la mystérieuse disparition de son frère Christopher dont elle était très proche. Elle se laisse alors aller à de petits actes de délinquance. Après s’être fait arrêter par la police une nouvelle fois, ses parents l’inscrivent dans un pensionnat en pleine campagne, loin de son Londres, pour la punir car ils ne savent plus quoi faire avec elle. Une école dont personne n’a jamais entendue parler, et dont on se sait pas exactement où elle se trouve, à moins d’en faire partie.   Cimmeria est une école privée de haut niveau et très stricte. Si bien qu’il n’y a aucun appareil électronique qui pourrait les distraire de leurs études. Elle accueille des élèves surdoués et de famille riche, qui ont tous un lien avec l’école. Alors pourquoi Allie est-elle envoyée là-bas ? Elle n’est si surdouée, ni riche, et encore moins affiliée à ce pensionnat. C’est ce qu’elle va essayer de découvrir. De plus, certains élèves triés sur le volet font parti d’une organisation secrète appeler la « Night school ». Qui sont-ils et que font-ils ? En plus de ça, des évènements étranges se passent et conduisent à la mort d’une élève. Ces incidents ne semblent pas alerter la directrice ni ses camarades. Allie est persuadée qu’on lui ment et elle n’est plus sure de rien ni de personne, sauf le fait qu’elle n’est pas en sécurité.

J’ai dévoré ce livre  qui se lit très vite. On a qu’une envie, c’est de continuer de tourner les pages afin de découvrir ce qui se trame à Cimmeria. J’aime beaucoup le style de l’auteur qui est très fluide et léger cela change de ma dernière lecture ! Elle décrit très bien les lieux, on a aucun mal à s’imaginer les lieux et à un don pour transmettre au lecteur les sentiments. Un mélange de thriller jeunesse et de romance.

Les personnages sont très attachants et assez bien construits. On retrouve –encore- un triangle amoureux, bien que celui-ci passe vraiment au deuxième plan donc ça passe .Le charmant français Sylvain, populaire et amical ou le ténébreux Carter, solitaire et ronchon ?

Allie, est une jeune fille adorable et courageuse qui a des crises d’angoisses. J’ai bien aimé cet aspect car ce n’est pas souvent que l’héroïne a un petit « défaut ». Elle ne se laisse pas abattre par les évènements et est pleines de ressources. J’avoue que son attitude rebelle dans les premières pages m’a fait me questionner sur la suite du livre mais finalement son personnage évolue assez rapidement, et dans le bon sens.

J’aime beaucoup le personnage de Rachel, une amie toujours franche et sur qui on peut compter. Jo aussi est assez attachante dans son genre, un peu délurée par moments mais attachante. Elle a encaissé beaucoup de choses, a tel point qu’à un moment donné il faut que ça sorte d’une manière ou d’une autre.

De manière générale, il n’y a pas de personnage vraiment détestable dans ce premier tome, sauf Katie peut-être et encore. Les protagonistes sont tous travaillés et apportent tous quelque chose en plus à l’histoire.

C.J. Daugherty est une ancienne journaliste criminelle et d’investigation, ce qui a toute son importance dans ce roman. En effet, l’histoire est remplie de suspense, d’ambiguïté et de rebondissements. On ne s’ennuie pas !

Ce que j’ai adoré c’est l’ambiance qu’arrive à créer l’auteur : les complots, les non-dits. Les personnages ont plusieurs facettes, s’accusent tous les uns les autres de mentir, aussi on ne sait plus à qui se fier (autant Allie que le lecteur) et ça dynamise la lecture. On a tous envie de démêler le vrai du faux. Ça m’a rappelé toutes les théories et les questionnements que j’avais après chaque épisode de Pretty Little liars (à une échelle moindre je vous l’accorde ahah). On a tellement de questions en tête que pendant la quasi totalité du roman j’ai pensé que la Night school était réservé à des créatures surnaturelles ! Le suspense et les actions sont tellement travaillés que l’on ne saura qu’après avoir lu la suite !

La Night school est un concept assez intéressant qui se dévoile un peu vers la fin et on en comprend mieux son but. Elle est très présente tout au long du livre et c’est donc avec plaisir qu’on découvre leurs finalités.

Mon seul regret c’est la fin, qui se termine brutalement à mon goût, et personne ne se pose plus de questions que ça sur ce qu’il vient de se passer… Je trouve ça étrange. Peut-être est-ce une démarche de l’auteur afin qu’on se jette sur le deuxième tome.

Cependant, un passage m’a posé problème et malgré que j’ai beaucoup aimé l’histoire se point me reste en travers de la gorge. Il y a une tentative d’abus, voire même de viol, et j’ai trouvé qu’hormis le fait que le sauveur veuille lui refaire le portrait, on en est resté là. L’accusé n’a eu ni punition, ni remontrances, rien. La victime finie même – ou presque- par lui pardonner sans qu’il ne se soit excusé. J’ai eu l’impression que l’auteur a posé ça là et est parti faire autre chose ensuite. Vraiment dommage.

Il y a encore beaucoup de choses à apprendre sur cet univers dans les prochains tomes j’en suis sûre et je suis impatiente! Alors c’est sur que ce roman n’a rien d’original, mais je recommande quand même cette lecture que j’ai aimée et qui est prenante. C’est une lecture facile et parfaite pour la détente !

 

 

Chronique littéraire

Chronique Littéraire: The Mortal Instruments par Cassandra Clare

Hello! Je vous écris une chronique sur la saga The Mortal Instruments, que j’ai absolument adoré, écrit par Cassandra Clare. Un univers qui vous transportera dans un autre monde (je l’espère).➰Il y a six tomes en tout pour cette série. Cet article est un bref résumé de mon opinion au travers de tous les tomes. Il y a également deux autres séries sur cette saga (Les origines et Renaissance) dont on vous parlera bientôt aussi. 

51430481_300897443902368_1755144441414287360_n.jpg

L’histoire se passe à New York au 21e siècle. Les chasseurs d’ombres ont pour rôle de combattre les démons qui envahissent la Terre et de protéger les Terrestres. Pas facile quand on sait qu’ils ne sont pas tenus en haute estime dans le monde obscur, qui regroupe les sorciers, les vampires, les fées et les loups-garous. Surtout quand l’un des leurs se met en tête de tuer tous les membres du monde obscur au péril des accords passés. Cette série retrace la vie de Clary, une jeune fille qui découvre son appartenance au monde des chasseurs d’ombres lorsque sa mère est mystérieusement enlevée par des forces qu’elle ne comprend pas et va de découvertes en découvertes. Elle est aidée de Simon, son meilleur ami, de Jace, qui ne sait pas très bien qui il est, d’Issy, et d’Alec, qui apprend à s’aimer et à affirmer qui il est. Entre humour, amour, magie, chaos, cette univers est addictif!

Il y a très peu de temps morts et les scènes s’enchainent les unes après les autres de manière naturelle. A chaque fin de livre on a qu’une hâte c’est de commencer le prochain pour connaitre la suite et la vérité sur Clary et Jace notamment.

Au fil des livres, Clary va apprendre la manière dont elle a été conçue et l’histoire de sa famille. Simon va faire face a un énorme bouleversement qui change radicalement sa vie et sa relation avec sa famille. Jace quant à lui doit faire face à ses démons, se défaire des manipulations et à priori ancrés en lui et trouver qui sont ses parents. Isabelle, noyée dans son chagrin, essaye de s’en sortir comme elle peut et Alec, aidé de Magnus apprend à ne pas avoir peur du regard des autres sur lui ou sa famille, et à assumer qui il est. 

Cette saga est un énorme coup de cœur pour moi, au même titre que Eragon (ce qui veut dire beaucoup!!). Elle fait clairement partie de mon top 3! Je trouve qu’elle est bien construite, l’intrigue est intéressante et cohérente, les personnages ont des caractères bien présents ce qui est important et auxquels on peut facilement s’identifier. Il y a des rebondissements tout au long des livres. L’univers que nous présente Clare est complexe et travaillé, on y retrouve beaucoup de citation d’auteurs, de mythes et le plus souvent en Latin. Il y a énormément de travail autour du mythe de l’Ange Raziel qui est le créateur des Chasseurs d’Ombres et de la magie, que ce soit par les sorciers, par les runes et les objets comme la stèle, la pierre de lune, etc. De plus on retrouve des batailles à l’ancienne avec seulement des épées, des arcs, des dagues et autres poignards, pas d’armes a feux ni rien de ce genre, ce qui rend les batailles encore plus épiques. 

Un autre point fort selon moi de ce livre c’est l’humour. Il y en a partout, à toutes les sauces ce qui fait que l’histoire est légère. Jace en est le roi. Personnage orgueilleux, narcissique et sarcastique, toujours prêt à vanner ses ennemies (ou Simon). J’ai beaucoup ri des dialogues, ils ont de sacrées réparties!

La plupart des personnages sont attachants, bien qu’il y en d’autres qui sont un peu agaçants a mon goût. Par exemple je trouve Clary parfois agaçante, mais bon j’ai un côté ou souvent les personnages principaux me tapent sur le système. Par contre ce que j’aime dans le personnage de Clary c’est que malgré que ce soit l’un des personnages clef de l’histoire, Cassandra Clare n’en fait pas un super-héros. Elle a été surprotégée toute son enfance, à tel point qu’elle ne sait pas qui elle est, et fait face avec courage à toutes ces nouvelles révélations. Elle reste humaine et accessible. D’ailleurs, tous les personnages de Clare ont une part d’ombre, ce qui les rends imparfaits et encore plus appréciables.

J’ai également une aversion pour Simon, trop naïf, trop niais à mon goût. J’ai du mal à cerner le but de son personnage. J’ai eu envie de le secouer lors des différents tomes pour qu’il s’active un peu. C’est probablement le personnage que j’aime le moins d’ailleurs.
Par contre j’aime beaucoup Alec et Magnus. Magnus, toujours le mot pour rire, quelqu’un qui a acquis un savoir immense au fil des années et qui a toujours une petite anecdote marrante.
(SPOIL) Le personnage de Sébastien, le grand méchant, est très intéressant et bien construit. Bien qu’il soit détestable par son attitude et qu’il n’y ait rien de bon en lui, il y a quelque chose d’un peu mystérieux qui fait qu’on a un petit faible pour lui, voire de la pitié.                                                                                                                                                  Quant au personnage d’Isabelle, que dire? Ce personnage est pour moi, le moins bien construit. C’est une femme avec un fort caractère, qui sait ce qu’elle veut et qui n’en fait qu’à sa tête. Elle a pourtant besoin de l’approbation de sa famille. Aussi on aimerait en découvrir plus sur elle, sa personnalité, ses ambitions, etc. 

Je ne sais pas si vous avez vu le film ou la série qui sont consacrés aux livres? Personnellement j’ai assez bien aimé le film, bien qu’il n’ait pas marché du tout dans le boxoffice (notamment car il manque des éléments importants). Et les acteurs choisi étaient supers ( Lily Collins, Jaimie Bower). Par contre la série est vraiment pas dingue, les effets spéciaux quand on a pas le budget pour, c’est pas extra.


J’aurai tout donné pour vivre dans un monde où la magie existe, où les fées, les sorciers, les chasseurs d’ombres existent. Du coup je me console en me plongeant dans ces différents mondes féeriques. Je ne vais pas trop m’étendre sur cette saga au risque de spoiler tous les tomes qui se confondent dans ma tête. Je vous laisse le plaisir de découvrir cette histoire riche en rebondissements et tellement bien écrite!  Si vous souhaitez un article Tome par Tome de The Mortal Instruments, faites le nous savoir ça sera avec plaisir! 😉 

Et vous, que pensez vous de The Mortal Instruments?